Le Web 2.0 en MST

RECIT

Version du 02/09/08

Le Web 2.0, aussi nommé le Web participatif, offre des avantages et des inconvénients au monde de l'éducation. Nous tenterons de présenter en quoi le Web 2.0 peut favoriser des apprentissages dans le domaine de la mathématique, de la science et technologie. Pour ce faire, nous séparerons le texte en trois sections: la préparation, la réalisation et l'intégration du projet MST.

Des liens vous seront proposés dans le texte ci-dessous vers des outils ou encore vers d'autres textes explicitants un point précis. Si vous cherchez une liste (non exhaustive et en construction) d'outils, voici un document collaboratif.

Au bas de la présente page, vous trouverez un schéma synthèse du texte. Cliquez sur les bulles pour les développer.

Bonne lecture!


La collaboration/partage/communauté


Le Web participatif, comme son nom l'indique, tire sa force dans sa capacité à favoriser le travail d'équipe et la publication des différents travaux réalisés (processus, traces, notes, productions finales, etc). En mathématique et en science et technologie, cet aspect communautaire de la construction des savoirs est fondamental. D'une part, on doit pouvoir profiter des connaissances des autres pour avancer. Des outils comme un agrégateur, les fils RSS, pages d'actualités personnalisées, alertes par courriel, sont très puissants pour suivre ce qui se passe en lien avec nos sujets préférés .

D'autre part, on doit offrir à la communauté nos propres découvertes et contenus pour que cette communauté existe. Publier les fils RSS 1 de nos signets, de nos publications, de nos notes, est un moyen de s'ouvrir sur la communauté et ainsi participer à la construction de l'intelligence collective en MST.


Préparation


Dans la phase de préparation, l'apprenant doit débroussailler l'information fournie dans le cahier de charge (présentation de la tâche, du problème, du projet...), en faire ressortir les points essentiels et les garder en note. Il peut même avoir à les présenter à ses coéquipiers pour favoriser la prise de décisions en équipe de travail. Des outils comme un idéateur 2 (pour les moins séquentiels d'entre nous), un bloc-notes , un traitement de texte, un logiciel de dessin/schéma, peuvent être utilisés.

Par la suite, on doit planifier son travail afin de rendre sa production à temps. Un agenda est tout indiqué dans cette étape pour la gestion du temps soit pour structurer le travail d'équipe, pour identifier les lectures/recherches à faire, noter les «ne pas oublier», etc. Ici un Wiki ou un document en ligne peuvent être des applications très performantes à la réalisation de ces tâches.


Réalisation


Des traces


Maintenant que l'on sait quoi faire, il est maintenant le temps de «produire». Peu importe le type de projets en MST, on peut garder des traces. Que ce soit des photos, des adresses de pages Web, des notes personnelles, des vidéos, ces traces sont d'une importance capitale dans le processus de recherche/projet/mathématico-techno-scientifique.

L'apprenant fait des recherches sur le Web pour s'aider à trouver des solutions à ses problèmes ou encore pour mieux comprendre un concept. Il est nécessaire de conserver des traces de ces recherches quelque part afin de pouvoir y revenir plus tard au besoin (ou juste pour fournir sa webographie ). Un logiciel de folksonomie (lire ce texte) permet de classer ses signets par mots-clés, ce qui facilite grandement l'exploitation ultérieure 3 de sa banque de signets. Par exemple, si pour un projet nommé «La tortue», chaque signet consulté/ajouté à la banque porte le mot-clé projet_tortue, il sera alors facilitant de retrouver tous les signets de ce projet, et ce même beaucoup plus tard. De plus, comme ces signets sont publics, les autres membres de l'équipe (ou les autres apprenants) peuvent profiter des découvertes sur un sujet/mot-clé précis (et ce en temps réel grâce aux fils RSS). Ce type de partage dans le domaine de la mathématique, de la science et technologie est à la base de la démarche de construction des savoirs.

Tout en navigant, on peut trouver des bouts de textes, des images, des vidéos, que l'on veut garder pour une utilisation ultérieure. Il existe des outils4 possédant cette fonctionnalité et comme tout bon outil Web 2.0, on peut partager ces notes avec notre équipe.

En MST, il est important aussi de confronter nos idées, nos opinions, nos conceptions. Pour ce faire, un blogue5 est un outil parfait, car c'est un média plus «chaud» favorisant l'apprentissage au contact des autres (qui laissent des commentaires sur les billets).

Produire ensemble


Selon les demandes de l'enseignant, un journal de bord, un rapport ou un document synthèse peut être demandé. Des outils comme un wiki , un idéateur6, un document en ligne, deviennent rapidement indispensables pour cette tâche commune.

Une capsule audio ou même une vidéo (http://video.google.ca/, http://www.youtube.com/, http://teachertube.com/) peuvent être essentiels au projet. Certaines applications7 offrent des fonctionnalités intéressantes pour ces montages de base. Si on veut produire du matériel d'une plus grande qualité, on doit alors utiliser des logiciels-clients plus spécialisés (comme Audacity et iMovie). Cependant, on doit garder un équilibre entre le temps de production et les buts pédagogiques visés par la tâche.

Des schémas de toutes sortes sont régulièrement exigés en MST. On peut alors préconiser une application Web telle Gliffy.

Pour les photos (avec une caméra, un microscope numérique, un cellulaire, etc) des outils performants (http://www.flickr.com, http://picasaweb.google.com) existent pour la publication et le partage. On peut même «géolocaliser» nos photos; ce qui peut être utile pour certains types de projets (des variétés de plantes, de styles architecturaux, différentes roches et minéraux, etc).

Le tableur est un outil qui trouve plusieurs applications dans le domaine MST. Google Document (Tableur) est une application Web offrant moins de fonctionnalités que des logiciels-clients comme Excel ou OpenOffice Calc, mais comme on peut y travailler à plusieurs simultanément sur un même document8, on peut réaliser certaines tâches avec ce type d'application Web.

Présenter nos travaux


La communication est une étape importante du projet. Il peut être utile d'avoir sous la main une présentation multimédia (WikiniMST , SPIP , Google Document Présentation permettent de construire ses présentations en ligne) ou encore une vidéo (Youtube, Google Video, , WikiniMST, sont des exemples d'outils de publication de vidéos. Voir exemple d'un SPIP.) pour supporter nos propos. L'idéateur est encore ici un outil exploitable dans certaines conditions.


Intégration


L'objectivation du travail réalisé ne peut se faire que si on peut retrouver des éléments de la démarche employée. Donc, on doit regrouper/structurer/analyser les différents documents (liens Web, notes, photos, textes, etc) dans un endroit où l'enseignant pourra les consulter. On pense ici à un site Web de classe, un site plus «officiel». Ce site (géré grâce à un gestionnaire de contenu comme SPIP , WikiniMST ou autre) devient alors un portfolio de présentation (exploitable par l'enseignant pour fin d'évaluation) du groupe. On pourra y constater l'évolution des élèves dans les différents projets.

La possibilité de laisser des commentaires sur les différentes pages du site offre un autre avantage mis à la disposition de la communauté. Par exemple, la rétroaction des pairs (ou même des parents) bonifie la production de l'élève et libère l'enseignant d'être le seul juge du travail accompli. Des discussions/apprentissages riches peuvent s'y réaliser.

L'enseignant aussi peut revenir sur ce qu'il a pu observer durant le projet grâce entre autres aux fils RSS des différents outils Web exploités par ses élèves. Il peut aider les élèves à ajuster leur démarche d'intégration des TIC. L'outil "Grilles" du Cyberfolio peut faciliter la vie de l'enseignant lorsque vient le temps de garder des traces de ses observations.

De plus, des commentaires constructifs d'un enseignant sont toujours très formateurs, surtout s'il prend le temps d'en «discuter» par la suite avec ses élèves.

Finalement, pour les enseignants utilisant le portfolio comme outil d'évaluation, il existe des portfolios numériques offrant des avantages incroyables.

Conclusion


Les lignes ci-haut n'avaient pas pour but de présenter toutes les possibilités du Web 2.0 en mathématique, science et technologie, mais plutôt d'illustrer comment intégrer quelques-uns de ces outils aisémen accessibles dans un projet «mathématico-scientifico-technologique» existant. Ce qui permet aux élèves d'expérimenter la socioconstruction de savoirs et de découvrir des avantages (et aussi les limites) des communautés MST.
 

Schéma synthèse


Flash plugin or Javascript are turned off. Activate both and reload to view the mindmap

Télécharger ce réseau de concept :: Utiliser Freemind pour l'éditer. Plein écran: cliquer sur Imprimer ci-dessous. handout


Pierre Lachance
Conseiller TIC au RÉCIT MST






Une présentation découlant du présent texte





Schéma à propos du Web 2.0


Le Web 2.0
handout